Josiane Candela

Votre dernier ouvrage a été offert à ma soeur Paule qui en a été enchantée car elle y a retrouvé son Oran, son enfance, et c'est sa fille Joëlle Bouanat Cohen Adjointe à la Mairie du 8° qui le lui a offert récemment et l'a fait dédicacé pour elle. Et elle vous remercie pour la belle dédicace. Je ne manquerai pas de le lire c'est certain.


Ghislaine Gilibert-Deny

Aux rythmes des vagues de la Méditerranée, je me suis laissée porter par le vent de la jeunesse, les souvenirs, à la découverte du Niger et d'une région, un véritable bijou que je demande à connaître : "La Provence". Un seul mot Merci !


Roland Boucabelle

Salut Claude,
 Bien sûr, j'ai lu ton livre et j'ai été impressionné par ta capacité de mémoire et la précision de ton récit. Quant à la partie consacrée à notre Algérie, tous ceux qui ont vécu là-bas et ont connu, comme moi, l'exode, se reconnaîtront. C'est un beau livre, qui laisse échapper, dans la main qui le referme, quelques grains de sable du Désert. Bien amicalement.


Nicole Perez

Cher Claude
 Je me suis délectée avec ton ouvrage que Jack ma offert.
 Je te pose la mème question, à quand le prochain


Jacqueline Pech

Bonjour. Un mot pour vous dire combien j'ai apprécié le livre de Claude.
 J'en ai aimé le style, j'y ai retrouvé l'ambiance de ces années d'enfance et d'adolescence, années de bonheur, dans les mêmes paysages, " sur l'autre rive", dans l'insouciance entre famille et amis. De part et d'autre de la Méditerranée, nous partagions les mêmes valeurs. J'ai eu la chance de ne pas avoir eu à subir ces aléas de l'histoire où on est obligé de tout quitter, j'ai aimé le récit, avec les rappels historiques concis mais précis, de ces années difficiles qui ont bouleversé votre vie, et en même temps c'est un livre optimiste. Je pense que c'est important pour nos petits enfants de connaître leurs racines. Bref, je me suis régalée ! J'ai suivi Nicolas comme un ami tout au long du livre.


Gérard Detaille - Adjoint ? la Culture Mairie 4?me secteur Marseille

Le roman de Claude Nal est un hymne à l’Amour qu’il dit si proche de l’Amitié !
 Ce Nicolas qui lui ressemble tant est un « Jeune homme d’honneur » … car dans l’Amour …il faut honorer :
 Ses racines … ses Amis … sa famille … l’être aimé !
 Dans le joli château de Suze la Rousse, en Drôme Provençale, il y a un blason dans la Cour d’Honneur où il est inscrit : « Que l’Honneur, pas les honneurs ». C’est ce qui guide aussi Claude Nal dans ce roman qui est aussi le récit d’une vie qui relie Oran au Vieux-Port, Notre Dame de Santa Cruz à notre Dame de la Garde, les monts bleus de Goult en Lubéron à Alger la Blanche, les sables de Dirkou et ceux de Palombaggia, les jeux de pignols d’Oran et celui des noyaux de cerises en Provence , la clémentine de Pâques à Misserghin et celle de notre table des treize desserts ! …
Ces liens forts, il les veut indestructibles, fondateurs, guides pour les «Nouveaux Bâtisseurs ». Cet amour, malgré les blessures, il le veut optimiste ! Notre ami Constant Vautravers, Académicien, le dit si bien en commençant sa préface ainsi :
« Un homme qui se penche sur son passé : non pas comme un vieillard, mais comme un adulte bien installé dans son présent »
Un roman lucide mais qui positive, nous avons grand honneur à recevoir à Bagatelle ce jeune homme, cet officier de réserve.
 Merci Claude. Bonne lecture à tous. Et à ton prochain roman … peut-être sur Marseille ?


Rose Marie Saint-Pierre

Félicitations Claude ... Je me suis régalée de tes descriptions sur la Provence. Je lisais avec l'accent, les odeurs, les bruits, les couleurs, comme si j'y étais.
 J'ai beaucoup aimé les séjours et les descriptions dans le désert : le sable et ces magnifiques couchers de soleil que tu décris.
 La vie militaire, eh oui l'honneur ... l'armée, les hommes d'honneur ...
 Mais, l'Oranie, "Oran la belle", je la gardais pour la fin ! Elle était belle notre ville ! beau notre pays perdu ... Les rues, les monuments dont tu parles, le balcon sur la mer " Boulevard Front de Mer" et La Corniche, Santa Cruz ... J'ai tout revisité avec émotion grâce à ton livre.
 C'est une belle réussite. Bravo !


Pascal Miralles

Bonjour. J'ai enfin trouvé le temps de lire "Un jeune homme d'honneur" que j'avais pu acheter à la Fnac-Toulouse en juin. C'était l'unique exemplaire disponible.
 J'ai bien aimé la première partie dans laquelle j'ai retrouvé l'ambiance de notre enfance et aussi des mots qui nous étaient familiers (carrico, pitchac) et que nos enfants et petits enfants n'ont pas la chance de connaître. J'avoue aussi que d'autres mots avaient complètement disparus de ma mémoire (bilotcha) mais en revanche, je me souvenais de la technique de construction des cerfs-volants. Le ton et le rythme de cette première partie m'ont aussi rappelé d'anciennes lectures "Le château de ma mère" et "la gloire de mon père" qui ont marqué mon adolescence. Bravo donc à Claude pour ce bel ouvrage qui constituera pour les enfants et petits enfants un élément de référence et de fierté dans une société où beaucoup de valeurs s'estompent.


Marc Albert

Bonjour, j'ai acheté le livre le 15 août à Carnoux et je ne le regrette pas.
 Même si je suis plus jeune que Nicolas (né en 1946), j'ai l'impression d'avoir
 vécu la même chose que lui à Oran : les promenades, les plages, les processions à Santa-Cruz, les manifestations pour l'Algérie Française et le départ fin juin 1962 à La Sénia.
 Que de souvenirs !!! le pitchack, les cartelettes, le tour de France, le
 carrico, etc...
 Amicalement et bonne continuation.


Pierre Demondion

Après une seconde lecture très satisfaisante, je considère qu'un "Jeune homme d'honneur" est bien davantage qu'un roman, c'est aussi le récit d'événements dramatiques de notre Histoire relativement récente.
 Ses belles illustrations et son site internet en font un ouvrage à caractère encyclopédique et interactif.


Jocelyne Nal Dubois

Bonsoir ! C'est entre mer et sable, au Portugal que j'ai emmené ton roman. je l'ai dévoré. Bravo ! J'y ai retrouvé des ressentis et des odeurs de ma petite enfance ... enfouis. J'ai même pleuré. C'est un gage ... Sourire. Je suis fière de mon oncle.


Abdelhamid Benouis

Bravo Mr NAL pour votre livre et je vous passe un grand
 bonjour du quartier St Charles d'Oran d'un ancien voisin
 musulman qui habitait le Bd de Tassigny. Affectueusement.


Christian Roure

Ma tendre épouse l'ayant terminé, j'ai pu enfin commencer la lecture de ton roman. Etant beaucoup plus attiré par la musique et la peinture que par la littérature, j'ai été agréablement surpris d'avoir déjà parcouru la moitié du livre en deux soirées... Séduit ! C’est le mot qui me vient à l'esprit. Aurais-je, grâce à toi, repris gout à la lecture ? Oui, j'en suis certain.

 Cela vient aussi du fait, qu'à la manière de Giono, tu m'as fait non seulement découvrir Oran la belle, mais, par la magie de ta plume, j'ai pu me promener dans ses rues, croiser et frôler les passants, entendre leur voix et sentir les odeurs des marchés et du port.
 Merci, pour ce voyage !

 J'ai cité Giono et j’ai envie aussi d'évoquer Pagnol en pensant au chemin d'encre qui mène à Goult, à Simiane, mais c'est finalement mettre une étiquette sur cette œuvre et cela ne me plait pas trop.

 Je préfère donc dire que j'ai grand plaisir à découvrir un style nouveau et un romancier de talent.

 Merci Claude Nal.
 --------------------------------------------------------------------------------------

 ( suite ) ... J'ai terminé hier la lecture de ton roman. Je ne peux, encore une fois, que te féliciter, et .... OUI, je reste sur ma première impression !
 Tu as parlé des tragiques événements d'Algérie, en évitant de décrire les détails horribles de ces épisodes terribles et tu as bien fait.
 J'ai pris un grand plaisir à découvrir le Ténéré et à suivre les missions de Nicolas.
 Encore une fois, je le réitère, bravo !!!

 Peut être Nicolas et moi avons-nous 1 ou 2 points communs ... La mélodie de l'eau sur le sable, a toujours été ma préférée. Voila, je te félicite encore. Cela fait plus de 30 ans, que nous nous connaissons, mais je comprends seulement aujourd'hui, tes souffrances, ta jeunesse volée, ton sentiment de trahison et d'abandon; sache que je les partage.

 Avant de conclure, je ne démords pas du fait que cette œuvre, pourrait faire une très bonne série télévisée, en 2 ou 3 épisodes ( pourquoi pas la saga d'un été sur France télévision ). Tu sais aussi bien que moi, que la technologie ( je pense aux reconstitutions de paysages ) fait des miracles. Une idée à creuser ? Un futur projet ? en tous cas je t'y encourage vivement ... J' ai déjà une mélodie en tête pour le thème principal.


Alain Lopez

OUAIS!!!!!!
 toute ressemblance n' est que pure fiction....ou alors je suis amnésique.....
 J' en suis déjà à la moitié.....
 Objectivement, pour l' instant, je dirai que c' est digne des grands auteurs (je suis sérieux dans mes propos).
 Très bien construit et le récit tient en haleine, bien que je sois entièrement dans le vif du sujet.


Odette PORTA

"Ce roman relate avec precision tout un passé.Une enfance, une jeunesse, des moments de vie incomparables, privilégiés. Le style concis, sans fioritures, réussit à faire passer chez le lecteur de véritables émotions. A travers ce récit, autobiographique, des souvenirs rejaillissent, même ceux qu'on avait cru enfouis. Paysages, bruits, senteurs, inoubliables, instants vécus dans le bonheur ou la tristesse. La nostalgie est ce qu'elle est ! Claude Nal s'est inspiré de sa vie riche en aventures, débordante de bons sentiments . Il parvient par le biais de Nicolas Dorval à nous faire partager les étapes d'une existence hors du commun.



< 1 2 3 4 5 6 7 8 >