Francis Tarico

Bonjour Claude,
 Je viens de finir ton premier livre "Un jeune homme d'honneur". Tu as une voix chargée de nostalgie, de tristesse, de colère (Connais-tu ces vers du poète russe Nekrassov :"Qui ignore la tristesse et la colère. Celui-là n'aime pas sa patrie"), de courage, de droiture mais aussi d'un amour toujours renouvelé de la vie, de la beauté du monde. Tu es un sacré optimiste et ton héros sait croquer le vie à pleine dents. Une chose m'a gêné. Pour moi ce n'est pas un roman, c'est un récit d'apprentissage autobiographique. Je sais qu'il est difficile de dire je surtout quand ce je est digne de louange. Par contre ce récit contient la matière de plusieurs romans : l'enfance enchantée, l'agonie d'Oran (devenue une pièce), le désert;
 J'ai été sensible à certains lieux, ma famille et belle famille habitent le Vaucluse que je connais très bien et je possède en Corse une vieille maison de famille.
 Je vais maintenant entrer en Piednoirie. Tu peux croire à mon intérêt sincère de lecteur. Je te serre les mains avec amitié. Francis


Chantal Ruez

Bonjour Claude.
 Néophite, et assez ignorante sur les évènements d'Algérie, j'ai pu à travers
 ton livre que je termine et que j'ai beaucoup aimé, mesurer le déchirement de ces Francais < arrachés à leur première vie, devant en construire une autre à partir de rien > (sic).
 Je comprends mieux aussi, votre nostalgie du soleil, des plages de sable, et des jolies filles, moi qui suis une fille de l'est de la France, donc aussi, du froid et de la grisaille.
 La force de l'amitié est omniprésente dans toutes ces pages.
 J'ai aussi très envie de découvrir ce coin de Provence et en particulier Simiane la
 Rotonde ou nous irons assurement.
 Merci pour ce très beau récit riche et sensible


Genevieve de Ternant

Bonjour Monsieur, j'ai lu avec intérêt votre livre que m'a envoyé Anne Cazal et j'en ai fait une recension pour Véritas et pour mon site Oran 1962 géré par notre dévoué ami Hervé Cuesta. Je vous adresse ce texte. Bien cordialement. Geneviève de Ternant.

 Le Plan Simoun, bien peu de personnes savent ce que fut ce véritable hold up perpétré par De Gaulle pour kidnapper les jeunes français d’Algérie en mai-juin 1962. Il résilie tous les sursis et contraint les étudiants à interrompre leurs études et à rejoindre l’armée pour un service militaire qui les arrache à leur terre ensanglantée, à leur familles dans le plus complet désarroi et risque de compromettre tout leur avenir. Ces jeunes de vingt ans sont embarqués soit pour ce qui est encore la métropole soit pour des garnisons en Allemagne où ils ne risqueront pas de rejoindre l’O.A.S. et de contrarier les vues de De Gaulle et de son allié, le F.L.N. dans une criminelle collusion avec ce qui reste de l’armée française en Algérie, à sa botte.
 C’est sous la forme de roman que Claude Nal narre ce qui fut certainement son propre parcours. Né à Oran, ingénieur informaticien retraité, il donne à son personnage, Nicolas Dorval une épaisseur et une présence nourrie de ses souvenirs. Le livre raconte l’enfance du héros, ses découvertes de la vie en France dans la famille de son père et en Algérie, dans celle de sa mère ; son adolescence insouciante et les débuts de cette guerre d’Algérie qui bouleversera son destin.
 Il sera donc incorporé dans l’armée avec ses camarades mais il saura faire de ce malheur un tremplin pour choisir d’effectuer ce service militaire prématuré en Afrique noire et tout en découvrant un monde nouveau se découvrir lui-même et devenir ce qu’il était : Un homme d’honneur. Non sans que ses conquêtes féminines ne lui apportent douceur et réconfort, jusqu’à La Rencontre, celle qui décide de la vie.
 Ce beau livre est préfacé avec pertinence par Constant Vautravers, de l’Académie de Marseille qui conclut par ces mots : « Nombreux seront les lecteurs de ce récit, de ce témoignage vrai. L’honneur, vous savez, est une denrée rare ! »


Simone Delaporte

22/05/2011 : j'ai eu ce matin à Sète le plaisir de faire la connaissance de Françoise et Claude Nal , Claude m'a écrit une gentille dédicace sur son roman "un jeune homme d'honneur " j'ai démarré la lecture et je le dévore
 ........
 13/06/2011 : le livre de Claude est formidable et parfois l'émotion  m'envahie

 


André Jeannerot

La première partie me semble fondée sur des souvenirs vécus ? (le décor s'installe lentement)
 Puis à partir du départ d'Algérie, j'ai trouvé le rythme beaucoup plus romanesque, l'histoire prend forme !
 Le parcours dans le désert est un vrai dépaysement. On se laisse transporter !
 Le livre se referme sur une touche positive et amoureuse !!! Que du Bonheur!
 Tu as su éviter la polémique et naviguer entre les conflits d'intérêts (surtout avec les harkis et les nouvelles générations).
 BRAVO pour ce bel ouvrage!
 Je vais l'offrir à des amis qui ont bien connu ORAN, je suis certain qu'ils apprécieront avec beaucoup d'émotion ces pages historiques.


Bernard Balia

Bonjour Claude,
 Je viens de terminer votre livre que vous m’avez gentiment dédicacé
 dimanche dernier à Antibes, vous avez réveillé en moi des souvenirs que je
 croyais avoir rangé définitivement !
 Je dois vous dire que j’ai eu un immense plaisir à redécouvrir l’ambiance de
 l’Algérie de cette époque que vous avez su décrire avec une grande précision.
 . Votre histoire est très intéressante, sa lecture est prenante et avec de nombreux rebondissements qui nous font voyager bien loin de la France et de l’Algérie.
 . Les paysages, les hommes, les sentiments tout y est , pour un premier livre
 c’est une réussite. Bravo.
 Merci pour ce bon moment passé avec cet officier de talent. Amicalement


Yves Juanola

Félicitations à mon ami Oranais pour ce magnifique roman. Un texte qui fait Honneur à notre communauté. Des images, des sensations, un vécu qui nous rappelle tant de souvenirs, un hymne à nos convictions et à notre terre ...
 Bravo.

 Yves Juanola est l'auteur du très beau livre "El burro flaco".


Jackie Anton

Bonsoir. Je l'ai aussi beaucoup aimé et je garde sous la main pour relire également quelques passages.
 Mon seul regret : qu'il ne soit pas dédicacé parce que je n'ai pu vous rencontrer. Merci pour ces agréables moments. Cordialement


Chantal Marin

J'ai lu le livre de Claude. J'ai beaucoup aimé, surtout le passage sur Oran et sa découverte de la Provence lorsqu'il est enfant. Je ne sais pas si c'est sa biographie. Va-t-il faire un deuxième tome sur sa lancée ? Il a du mérite d'avoir écrit un si beau livre.


Rose Frances

N'ayant pas les qualités litteraires de Claude,je n'ai pas su trouver les mots pour traduire l'émotion et les divers sentiments que j'ai éprouvé en lisant son livre. Je saurai peut-être exprimer tout celà de vive voix...Encore bravo et félicitations à ce "Jeune homme d'honneur".

 


Arlette Brancato

A Claude,
 Merci pour ce merveilleux livre... je me suis régalée !! Merci pour ce beau voyage dans les souvenirs. "LE SABLE ET L’EAU" : c’est toute ma jeunesse... Bien sur que la plage de Bouisseville est irremplaçable pour moi !...


Pascale Caille et Sauveur Benkimoun

Après la lecture du votre roman « un jeune homme d’honneur » nous vous adressons nos félicitations pour cette œuvre si agréable à lire.
 Nous en avons apprécié l’aspect « voyage et dépaysement» mais aussi son point de vue historique si particulier et intéressant car, et ce n’est pas le plus répandu, vue de « l’intérieur », par quelqu’un qui l’a vécu au quotidien et qui en parle en toute simplicité, avec ses joies et ses peines, ses espoirs et ses regrets.
 Ce témoignage sincère, sans haine et au contraire empreint de beaucoup d’amour, à travers une écriture laissant apparaître le plus modestement du monde, une grande noblesse d’esprit et un sens de l’Honneur qui nous a touchés. Très cordialement.


Hugues et Denise Driguez

Nous avons pensé à vous en voyant le film " le balcon sur la mer" Un jeune homme d'honneur pourrait bien être le scénario d'un film.


Louis Sanchez

J'ai lu "Un jeune homme d'honneur" cet été en Bretagne . Je viens de le ressortir au moment où j'écris ces quelques lignes.
 Je m'aperçois que certains paragraphes sont soulignés dans la marge :
 - p 22 : "Les Mastre habitent dans un petit immeuble typique...A l'étage, les logements donnent sur une coursive..." J'ai retrouvé là le 11 rue Calendini de Montplaisant avec mes cages à lapins au fond de la cour et Maria Martin assise à l'ombre sous la coursive.
 - pages 31, 33,34,35,36 : j'ai revu mon père sur la falaise dominant le port m'expliquant la manière de faire voler le cerf-volant et d'envoyer des messages.
 Bravo et merci pour ce livre qui rejoint l'anthologie des plus belles pages sur ORAN.


Yves Sarthe

Le livre de Claude, je l'ai bien apprécié, surtout, il va s'en douter, pour sa partie saharienne (même si je connais mieux les Touareg que les Toubou, ma géographie n'ignorait ni le Tibesti, ni l'Aïr, je vous fais grâce du Borkou et de l'Ounianga -pédant que je suis, mais tout cela a ressurgi dans ma mémoire-).
Un exemplaire est en train de s'envoler pour Mayotte, à destination de mon fils aîné, qui a servi au Tchad et en Centre-Afrique (qui fut l'Oubangui-Chari) du temps où il était capitaine (ORSA ) au régiment de spahis. Il va aimer.
 Je me propose d'ajouter un commentaire sur le "Jeune homme" ayant vu sur Amazone qu nul ne s'y était encore risqué.



1 2 3 4 5 6 7 8 >